LA LETTRE EXPLOSIVE

 la-lettre-explosive.png

explosion-1.jpg

Le mardi 5 juillet  1994, dernier jour de classe, j'ai failli envoyer la lettre  ci-dessous à une certaine 

guêpe.

Pas n'importe laquelle.

En réalité, sans le savoir, à l'époque, elle devait parvenir à la reine des guêpes. J'étais disposé, six

mois après, à répondre à une liaison téléphonique datant du 5 janvier 1994. Grâce au ciel, j'ai préféré

la garder au fond d'un tiroir pour ne pas détériorer le climat existant entre le Prince et les guêpes :

« Je t'aime ; moi, non plus ».

Chère.........., bonjour !

Aujourd'hui, je peux m’exprimer librement, ouvertement.

Imaginer une seule seconde qu'une telle maîtresse, qu’une telle équipe pédagogique et qu'un tel

Comité de parents puissent exister ?

Sans hésiter, j'aurais répondu par la négative.

Car, figurez-vous que tout au long de l'année, nous en avons vu de toutes les couleurs... c'est le cas

de le dire.

Nous avons côtoyé la bêtise humaine, la méchanceté, le laxisme et la calomnie... Nous en connaissons

le résultat.

Souvenez-vous, lors de la « Nuit du conte » en mai 1993, au Centre Commercial Mayol, vous caressiez

la chevelure du garçon de couleur(métis) de Madame Delorn dont la tête reposait sur vos jambes ;

malgré mes reproches, mes remarques.                                                      

                                                        Le Centre Mayol: Défilé de mode      regarde.gif                                                                                                                                                                                                                                                                                                                  


Je n'étais pas jaloux, mais les autres élèves certainement.


                                                 La nuit du conte: Le petit prince et le renard                       

regarde.gif                            

Six mois après, vous faites en sorte que cet enfant quitte l'école.

Que cet enfant soit exclu de notre établissement.

Il y a contradiction.

En réalité, « Éric Ventdest » n’a pas perdu un élève, mais davantage ; c'était prévisible.

Ne pas ébruiter la plainte ; ne pas intervenir. Vous avez agi à contre-courant.

Lors du premier Conseil d'École, le samedi 13 novembre 1993, vous avez proposé la fermeture du

portail.

Au cours des mois suivants, vous êtes entrées, vos amies et vous, dans l'école comme dans un

moulin. 

 

                                                  Alphonse Daudet: Les lettres de mon moulin

regarde.gif                            

Vous êtes en opposition avec vous-même, et vous avez des dispositions à vous contredire sans cesse.

En réalité, cette fermeture était une mesure vexatoire ; plus grave, discriminatoire pour qui vous

savez.

Ainsi, un contre-pouvoir a été créé. Rassurez-vous, il ne m'a pas gêné, personnellement parlant, mais

l'école en a souffert, en souffre et en souffrira longtemps encore. Tout ce que vous avez entrepris a

été voué à l'échec : voir le résultat financier de votre stand, voir votre participation le soir de la

kermesse.

Aujourd'hui, je peux répondre à votre question posée avec l'appui de France Télécom, le mercredi 5

janvier 1994 vers 19 heures : « Pour quelles raisons, le nom de Madame Delorn figurait-il plusieurs

fois dans le rapport relatant le déroulement du premier Conseil d'École ? »

Deux constatations : la première, vous êtes jalouse de madame Delorn ; la deuxième, vous pensiez

que j'avais, moi-même, rédigé le fameux rapport du premier Conseil d'École. J'ai lu le rapport que

j'avais intelligemment préparé ; mais je ne l'ai pas rédigé une seconde fois en m’écoutant le lire.

Je ne suis pas fada.

J'ai repris et relu le rapport de mes deux jeunes collègues.

Le nom de madame Delorn y figure exactement trois fois.

Après réflexion, j’estime que madame Delorn a été lésée ; il n'y a pas de justice sur cette terre !

Ses actions en faveur de notre école furent nombreuses.

Cette lettre sulfureuse, explosive, j'ai préféré ne pas l'envoyer.

Par contre, toutes les guêpes parents-élus ont reçu une gentille prose dans laquelle je faisais allusion à

l'ambiance chaleureuse que l'on ressent à Dallas.

Rien à voir, bien sûr, avec celle de l'école « Éric VENTDEST » sise à la Darse d'Hellespont, dans le Midi

de la France. 

 

                                                                      Carte PACAcarte-paca.jpg                                                                                               

 

                                                                                           Var                regarde.gif

                           Diaporama à télécharger sur votre ordi et, ensuite... (plus tard), à ouvrir avec PowerPoint Viewer.

                                                                                         var.pps                                                                                          

 

 

intolerance-1.jpg

 

 

                                                                                         Potemkine

                                                                     

                                     Jean Ferrat

 

 

                                                                                         Feu d'artifice    

                                                                                         regarde.gif                                   

 

 

 

 

                                                                                     
            

                                        "Un jour on découvrira des vaccins qui permettront de guérir le cancer et le sida.  

                      En trouver un pour soigner la jalousie ou la connerie humaine, c'est au-dessus des forces de nos chercheurs."

                                                  D'après les propos de RAÏ, élu meilleur footballeur du siècle au PSG                                                          

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site