PAS FOLLES, LES GUÊPES

 

pas-folles-les-guepes.png

scarlett-o-hara.jpg

Avez-vous lu ou parcouru « Le Prince » du florentin Machiavel ?

Il nous montre comment les hommes d'état peuvent perdre leur autorité, leur pouvoir.


                                                                                       Le Prince

regarde.gif                                                                                                                                                                                        

J'ai ressenti comme des flétrissures les intrigues qui ont jalonné l'affaire Delorn.

J'ai compris que ma chute était programmée et que l'on salirait ma réputation.

En salissant mon image, on écorchait mon intégrité et on m'empêchait ainsi de reprendre franche-

ment la direction.

Ce contre-pouvoir ne pouvait, à mes yeux, qu'échouer.

Etant basé sur la méchanceté, sur le mensonge, il se ridiculiserait bien un jour ou l'autre.

Le soir de la kermesse, le stand installé et tenu par les «Grandes Mademoiselles » recueillera pour

la collectivité la somme de 80Frs(13€). 

Suivre l'exemple des duchesses de Chevreuse et de Longueville n'est pas à la portée des premiè-

res venues.

N'est pas Mademoiselle de Montpensier qui veut.


                                                                       La Fronde

regarde.gif

                           


C'est pourquoi, voulant fuir cette odeur de complot, lors de la soirée LOTO qui fut,

disons-le franchement, un succès fou, je me suis effacé en passant la plus grande partie de mon

temps dans la B.C.D.

Mon absence a été remarquée par une maman qui, lors d'une communication téléphonique,

m'a demandé pour quelles raisons je m'étais peu montré.

Je lui ai répondu que ça faisait partie de mon caractère et par la même occasion je lui indiquais

que j'étais Directeur par intérim.

En nous quittant, avant de raccrocher, cette maman m'a soulevé le cœur en me disant au revoir

à sa manière : «Au revoir, Monsieur le Directeur ».

Si à ses yeux, j'étais un Directeur, j'aurais dû l'être pour toutes les autres personnes gravitant autour

de l'école « Éric Ventdest ».

Le ver était déjà dans le fruit.

Ainsi, je vous disais que parents-élus et enseignants semblaient avoir énormément souffert de

mes rapports privilégiés que j'entretenais avec certaines personnes.

En particuler, ils n'ont pas accepté les nombreuses visites dans l'école de madame Delorn.

Aveuglés par la jalousie, ils n'ont pas senti, ils n'ont pas remarqué que cette maman de trois enfants

était un plus pour notre établissement. 


                                                  La jalousie(envie): 1 des 7 pêchés capitaux

regarde.gif

                            


En prenant la direction et connaissant bien le milieu social environnant, je m'étais fixé un but, un noble

but : percevoir un sourire sur mon interlocuteur lors de notre entretien, lors de notre discussion.

Le parent venant m'exposer ses problèmes familiaux, ses difficultés passagères (même le mercredi)

quittait mon bureau détendu, rassuré.

Il devait oublier, en quelque sorte, ses soucis, ses démêlés.

Cela faisait partie, entre autre, de ma fonction.

Quant à madame Delorn, n'ayant ni problèmes familiaux, ni problèmes de paiement de cantine ;

elle venait souvent me voir, nous voir, me consulter, nous consulter, pour recevoir,

tel un « missi dominici » (aujourd'hui: Préfet) du Prince, des « ordres de mission ».

Elle voulait se rendre utile en bougeant les choses dans le bon sens. L'école somnolait, il fallait la sor-

tir de sa torpeur.

En tant qu'élue c'était son rôle.

Une remarque qui a son importance : parmi la centaine de parents rattachée à l'école, seule mada-

me Delorn a dû subir cette mesure vexatoire.

En effet, ne nous y trompons pas... la fermeture du portail était bien dirigée contre elle. Sachez que,

par la suite, l'école est devenue une vraie salle des pas perdus.

Bien sûr, j'exagère...

On y voyait des parents portant des bouteilles, des gâteaux, traverser la cour, monter à l'étage

pour célébrer l'anniversaire d'un élève ou d'une maîtresse, peut-être.

Le portail était fermé pour madame Delorn, mais il restait ouvert pour les « Frondeuses », pour les

« Duchesses ».

Démocratie, j'écris ton nom...

Son  activité  débordante, celle de madame Delorn pas d'une maîtresse, m'a fait croire qu'elle souhai-

tait obtenir le titre de Présidente.

Mais le Comité de parents a fait un autre choix... Il a opté pour un autre membre qui, au dé-

part, refusait cet honneur sachant son transfert pour Brest imminent. Démocratie, j'écris ton nom...

Madame Delorn patiente attendra et obtiendra sa promotion, l'année suivante (94/95), après le

départ pour le collège des « Grandes Mademoiselles », de certaines d'entre elles.

En effet, elle s'imposera comme Présidente à la suite de quelques grincements de la part de deux

ou trois colistières.

Je vous disais que je m'efforçais de recevoir mes « invités » comme tout hôte qui se respecte :

avec simplicité et courtoisie.

Étant prudent de nature, je n'ai à aucun moment fermé mon bureau.

Je ne me suis jamais trouvé seul, en face d'une personne, surtout du sexe opposé.

Imaginez le scandale.

Les guêpes, elles ne sont pas folles.

De fleur en fleur, elles auraient transformé mon bureau en :« Adultère, mode d'emploi ».

Je tenais à la présence d'un témoin : femme de service, C.E.S. (Contrat Emploi Solidarité).

Surtout ne croyez pas que mon lieu de travail ressemblait à la cour du Roi Soleil.


                                                                     L'étiquette de la cour de Franceregarde.gif                                                                                                                                                                                                                              


C'était la cour des Miracles et sincèrement c'était sympathique.


guepe-2.jpg

 

 


montpensier.jpg


  No one

   

Alicia Keys 

 

regarde.gif

Diaporama à télécharger sur vitre ordi et, ensuite... (plus tard), à ouvrir avec PowerPoint Viewer.

musulmanes.pps

 

 

L'empire de Charlemagne

regarde.gif

carte.jpg

 

 

Les missi dominici

regarde.gif1-missi-dominici.pdf 1-missi-dominici.pdf


 

 

 

Charlemagne: Aix-la-Chapelle

regarde.gif


 

 

 

 

 

Généalogie/Carolingiens regarde.gifgenealogie.gif

 

 

farniente-1.jpg

 

 

La Cour des Miracles

regarde.gif         

 

  

 



 Un jour, on découvrira des vaccins qui permettront de guérir le cancer et le sida.

 En trouver un pour soigner la jalousie ou la connerie humaine, c'est au-dessus des forces de nos chercheurs. "

 D'après les propos de RAÏ, élu meilleur footballeur du siècle au PSG

 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site