UN HOMME AVERTI EN VAUT DEUX

 un-homme-averti-en-vaut-deux.png

 

avertissement.jpg

S'il y a polémique, tant mieux ! Il faut que les élues, que les enseignants s'expliquent. Nous sommes

un peu tous morts de n'avoir été que les contemplateurs du séisme.

A présent, il fallait jouer la comédie si je voulais précipiter les événements ; je n'avais plus qu'à

contre-attaquer.

Aléa jacta est !

Les dés sont jetés !

L'occasion m'en fut donnée, le 14 janvier 1994, par la maîtresse elle-même vers 15 h 10.

Pour la énième fois, je suis relancé sur l'éventuel retrait.

Je lui tiens inlassablement les mêmes réponses, à savoir qu'il suffisait d'un peu de patience.

C'est à ce moment-là, que je me décide à passer à l'offensive ... excédé par le ton, par les agres-

sions verbales de la maîtresse.

Si la mère d'élève retire sa plainte ; pour moi, l'affaire ne sera pas pour autant classée. Ma neutra-

lité devra laisser la place à la Vérité.

Je tiens à avoir, entre les mains, les tenants et les aboutissants de cette « guerre en dentelles ».

Furieuse, perdant son self-control, pensant « me blesser », me dévoile ce qui à l'extérieur se dit,

ce que le Comité de parents souhaite que l'on sache : « Je serai raciste ».

                                                                  L'instit pas racisteregarde.gif                                                                                                                                                                                          

Mes guêpes n'ont éprouvé aucune gêne de dîner en présence d'un raciste, de danser avec un raciste

lors de nos invitations.

Complètement débile !

N'importe quoi !

La parole est d'argent ; le silence est d'or.

« Miss Extraterrestre » venait de trahir ses amies les guêpes et venait ainsi de tomber dans le guê-

pier, dans le piège.


                                                                           Starcraft 2 : La trahison

regarde.gif

                            


Enfin, j'avais désormais la possibilité de secouer le nid et de les inquiéter. Tout arrive à qui

sait attendre.

Affolés, les pauvres insectes sociaux ont dû utiliser et abuser du téléphone pour se concerter et sur-

tout pour se rassurer.

A l'évidence, elles n'avaient pas retenu la leçon de « l'arroseur arrosé ».

J'ai eu droit, à deux ou trois interventions téléphoniques pour soi-disant m'éviter de commettre, soi-

disant, l'irréparable.

Il m'était alors demandé de penser à l'intérêt général de l'école en me suppliant, en me priant de

bien réfléchir avant de déposer plainte.

Décidément, les guêpes perdaient toute lucidité.

Réfléchissons un instant: "Pour quelle raison, deux mamans-élues m'ont-elles téléphoné, vers 19h30,

à mon domicile?"

Certainement... que leur nouvelle situation l'exigeait, au point de devenir critique... pour sauver leur

groupe diabolique (là, je force la dose...).

Le 19 janvier 1994, tout en me remettant son arrêt maladie... mentale, l'institutrice me fait compren-

dre qu'elle me soupçonne d'être l'instigateur du dépôt de plainte et d'aider financièrement

la plaignante.

J'ai lu Machiavel mais je ne suis pas machiavélique pour autant.

A cet instant, elle m'est apparue sans son maquillage : une vraie femme au saut du lit, une person-

ne irresponsable.

Je ne pouvais imaginer jusqu'où irait sa méchanceté, son machiavélisme.

J'en aurai une idée neuf mois après.

Aujourd'hui, je comprends pourquoi certaines enquêtes policières sont si longues à aboutir.

Après avoir énervé les guêpes-parents, il fallait m'attaquer aux guêpes-enseignants, à mes collègues.

Le coup sera porté, le 20 janvier 1994, à la fin des cours.

L'affaire Delorn oubliée, il y aurait certainement l'affaire le Prince.

Ainsi, la péronnelle soulagée côté jardin serait inquiétée côté cour. Mon stratagème a fonctionné

à merveille, au point de déstabiliser un enseignant.

Il a tort, il croit tout ce qu'on lui dit.

Il quitte la salle de classe en claquant la porte.

Il renouvellera sa sortie cinq mois plus tard.

Le frelon est une des guêpes les plus typiques de notre région.

Il est reconnaissable à la couleur rougeâtre qu'il prend lorsqu'il s’emporte.

Solidaires, les guêpes, dans l'adversité, le sont. Elles se tiennent les coudes, pardon... les pattes.

Elles digèrent péniblement les échecs qu'elles affectionnent particulièrement, au point de

les collectionner.

Le samedi 22 janvier 1994, la sage décision de placer l'enfant, par qui le scandale arriva, dans

une école voisine sera acceptée par la maman.

Celle-ci, la voix prise par l'émotion, me rappela la fable « Le pot de terre et le pot de fer ».

En se pliant à nos exigences, elle pensait certainement que j'allais retrouver la sérénité.

La maîtresse, libérée de son anxiété, retrouvera ses élèves, moins un...

En réalité, d'autres moussaillons quitteront le navire.

« Un de perdu, dix de retrouvés » en amour, peut-être ; mais pas dans l'enseignement.

Aucun repos, aucun remerciement. Ce n'était que le début de : « Gros sur la patate » car la saga

ne s'arrêterait pas là.

Erreur!

J'allais oublier.

Seul, le mari de miss Calomnie (chef d'un établissement scolaire), prit la peine, à la fin de l'année sco-

laire, lors de la kermesse du mois de juin, de venir me remercier (sans me préciser de quoi... Qu'ai-

je fait de si marquant pour que l'époux me remercie?) alors que je relevais les recettes de cha-

que stand, dans mon bureau.

BRAVE HOMME! 

A la fable de la Fontaine citée par Madame Delorn, j'aurais pu lui opposer le vieux dicton persan qui

veut : « Que courte injustice vaille mieux que longue justice ».

 L'école retrouvera Madame Delorn cinq mois plus tard, tenant un stand, le soir de la kermesse 1994.

 

jumeaux.jpg

                                                                                                 

                                                                            Time to say goodbye

                                                                   

                                              Andrea Bocelli

 

rumeur.jpg

 

 

                                                       Une enquête impossible: Mon frère, mon jumeau

regarde.gif                                                                                                                                                                                                                             

                                                                         

 


                                                                 L'arroseur arrosé

                                                                  regarde.gif  

                                          

 

 

                                                                                     

 

                                                   "Un jour, on découvrira des vaccins qui permettront de guérir le cancer et le sida.

                             En trouver un pour soigner la jalousie ou la connerie humaine, c'est au-dessus des forces de nos chercheurs. "                           

                                                                D'après les propos de RAÏ, élu meilleur footballeur du siècle au PSG                                            

 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site